Le château féodal

La tour ronde et quelques pans de mur sont les derniers vestiges du château en pierre datant du XIIème siècle. La tour, dont les ouvertures (fenêtres à meneaux et archères) peuvent être datées du XVème ou XVIème siècle, possède une imposante cheminée. Le château qui servait d'arsenal à l'époque des seigneurs engagistes a été en grande partie détruit par un incendie en 1740 et n'a pas été reconstruit.
L'engagement : Le roi loue le château et les terres de la seigneurie pour un temps donné ou à perpétuité. Le seigneur engagiste acquiert les revenus, les droits et les devoirs inhérents au titre du châtelain. Il est tenu d'entretenir une garnison, des provisions de guerre ainsi que des armes (arsenal) et de les mettre à disposition du roi en cas de guerre. Le seigneur engagiste n'habite généralement pas le château, un lieutenant de châtellenie le supplée.
Les seigneurs de Tullins : Les premiers seigneurs connus à Tullins, à partir du XIème siècle, étaient apparentés à la famille de Poitiers, comtes de Valentinois (une de leurs plus célèbres membres sera Diane de Poitiers). Guigues II, au début du XIVème siècle, conseiller du dauphin, était l'un des plus puissants seigneurs du Dauphiné. Humilie, sa fille, réussit à conserver le fief de Tullins convoité par le dauphin Humbert II. En 1346, le château et la terre reviennent par alliance à la famille de Roussillon. En 1428, Claude de Roussillon meurt sans enfant et teste en faveur du dauphin Louis II, le futur roi de France Louis XI . Celui-ci met le fief en location, il l'engage. Dès lors, sept seigneurs ou familles engagistes vont se succéder :
De 1456 à 1462, Antoine Bolomier .
De 1462 à 1526, Geoffroy Alleman .
De 1526 à 1531, Jean de Lastium .
De 1531 à 1543, Florentin Alleman .
De 1543 à 1595, Imbert de Borellon .
De 1595 à 1650, Antoine de Fléard .
En 1650, Jacques de Clermont-Tonnerre , marié à Françoise de Fléard, reçoit en dot le fief de Tullins (engagé à perpétuité) qui restera à la famille de Clermont-Tonnerre jusqu'à la Révolution.